EDUCO Rapport général de fin de projet – Septembre 2016 à Août 2017.

L’éducation étant l’un des leviers importants pour le développement d’une Nation, est devenu une priorité non seulement pour les acteurs politiques mais aussi pour les acteurs privés (ONG, etc.…). Plusieurs actions ont été menées de diverses manières par ses acteurs afin que l’éducation pour tous soit une effectivité. C’est dans cette dynamique que l’ONG APEM en partenariat avec EDUCO a mis en œuvre pendant ces douze (12) derniers mois le « projet d’appui à la scolarisation des enfants dans la commune de Bembèrèkè ». Ce projet vise à réduire le taux d’abandon dans la commune tout en encourageant l’inscription des enfants sans distinction de sexe, de religion, ni d’ethnie et à augmenter le taux de réussite dans les écoles d’intervention. Par ailleurs, un dispositif impliquant les différents acteurs devant intervenir dans l’exercice du projet a été mis en place (les comités de veille, les autorités communales et locales les enseignants et les enfants eux-mêmes) afin d’atteindre les objectifs fixés par le projet. A cet effet, le projet d’appui à la scolarisation des enfants dans la commune de Bembèrèkè a connu une réalisation effective pendant cette période de septembre 2016 à août 2017 selon le chronogramme de planification des activités. La mise en œuvre de ses activités a été possible grâce à l’appui de toutes les parties prenantes identifiées dans le projet. Il urge de notifier que les activités déjà réalisées et conclue au cours des deux quadrimestres précédents ont fait l’objet de suivi au cours du dernier quadrimestre. Il faut remarquer que, les différentes séances de discussions réalisées au cours de l’activité R2. A3, ont fait ressorti selon les enfants les raisons suivantes d’abandon : le manque de moyens des parents pour faire face à leur éducation ; l’inattention des parents à leur égard ; l’ignorance des parents car pour certain, ils ont été contraints à abandonner. Outre ces raisons, il faut aussi souligner le manque de volonté pour certains enfants et aussi l’absence des actes de naissance pour plusieurs enfants surtout ceux qui vont au CEP. La réalisation de l’activité R2. A2, relative à la discussion avec les différentes associations sur les causes des abandons et les possibilités de réintégration des enfants, a fait ressortie pratiquement les mêmes raisons évoquées dans les différentes localités. Parmi elles, on peut citer : le manque de soutien et de suivi des enfants ; l’inconscience des enfants eux-mêmes ; le manque d’emploi des frères ainés ; le découragement suite au redoublement ; l’ignorance des enfants et des parents sur les biens faits de l’école ; le pâturage des bœufs ; et enfin, le manque d’enseignants dans certaines écoles. A cet effet, des séances de sensibilisation ont été accentuées sur les sujets suscités afin d’éveiller les consciences des parents et aussi des enfants eux-mêmes pour qu’il y ait plus d’inscrit et de maintien des enfants dans les écoles. Il faut également noter que les séances d’encadrement des enfants dans les établissements ont été au rendez-vous et ont permis de passer de 69,82% à 80,90% de réussite soit 11,08% de taux d’augmentation de réussite dans les écoles d’intervention. Les enfants sont devenus plus performants, éveillés et consciencieux grâce à ces renforcements de capacités dans les écoles. Les clubs d’enfants ont pleinement joué leur rôle dans l’éveil des plus petits et le maintien d’hygiène et d’ordre dans les établissements d’intervention. Toutes fois, les enfants ayant réalisés des progrès scolaires ont été identifiés, sélectionnés sur des critères bien définis. Ceux-ci ont reçu des primes de motivation et ont exprimé leur joie d’être parmi les lauréats.
Des réunions d’échanges entre encadreur, élus locaux et parents d’élèves ont permis d’aborder plusieurs points relatifs aux résultats scolaires ; parmi ceux-ci ont peut citer : La multiplication des actions devant conduire à la réduction des taux d’abandon ; l’amélioration du niveau des enfants dans les écoles ; l’accroissement du taux de réussite dans les écoles d’intervention.
Des émissions radiophoniques ont été également réalisées au cours de ces douze mois de mise en œuvre du projet. Celles-ci ont permis de toucher un grand nombre de personnes lors de nos sensibilisations de masse.

EDUCO RAPPORT GENERAL DE FIN DE PROJET

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *