Projet de lutte contre la malnutrition dans le Nord (PLCM)

Le consortium des ONG de lutte contre l’excision dont l’APEM ONG est membre et le partenaire INTACT/BMZ (Allemagne) ont mis œuvre depuis 2006 ce projet afin de maintenir la veille sociale sur le phénomène de l’excision tout en contribuant à la réduction de la malnutrition des enfants de 0 à cinq par l’installation de périmètres maraîchers au profit des comités de suivi et des mères d’enfants constitué en groupements maraîchers. Pour cette deuxième phase du projet 2010-2012, APEM ONG intervient dans dix (10) villages des communes de Ségbana, Malanville et Karimama.

Au titre de 2012 les activités réalisées et les résultats se présentent de la façon suivante :

Suivi nutritionnel des enfants en situation de malnutrition

Il faut rappeler qu’un dépistage avait été organisé en 2011 et 78 cas de malnutrition modéré et 22 cas sévères ont été détectés dans les dix villages d’intervention du village. Les cas de malnutrition sévère ont été référés vers les centres de santé des villages pour la prise en charge, mais pour la plupart ces enfants ont été récupérés par la prise en charge communautaires. Pour les cas de malnutrition modéré détectés, une prise en charge communautaire avait été mise en œuvre à travers des séances d’éducation des mères d’enfant à partir d’une boîte à images et des séances de démonstration culinaires à partir de nos produits locaux. Cette prise en charge communautaire a été facilitée par les jardins maraîchers pour la fourniture des légumes frais. Aujourd’hui la plupart de ces enfants ont été récupérés ou continue nt la prise en charge. Pour pérenniser les actions dans ces villages un pair éducateur a été sélectionné et formé par village afin de prendre le relais de l’animateur du projet dans les villages.

Renforcement des capacités des membres des groupements

L’accent a été surtout mis sur la formation des membres de ces groupements sur les techniques de la culture maraîchère, sur la vie associative et sur les démonstrations culinaires à partir des produits locaux. Ces formations ont été données par les agents des CeRPA et par les chefs des centres de promotion sociale. De même des pairs éducateurs ont installés et formés dans les villages pour prendre le relais de l’animateur d’APEM ONG dans la prise en charge communautaire et l’éducation des mères d’enfants. Il faut rappeler que ces groupements ont bénéficié de matériels de jardinage, des semences et outils de cuisine. A ce titre, les femmes membres de ces groupements ont été formés sur la vie associative car la finalité est de constitué ces groupements en coopératives. Elles ont aussi bénéficié des démonstrations culinaires à partir de nos produits locaux pour équilibrer les repas alimentaires des ménages.

Production maraîchère

Chaque village a bénéficié des équipements aratoires et des semences pour la culture maraîchère. Les membres des comités de suivi et les femmes exercent cette activité pour d’une part contribuer à la prise en charge nutritionnelle des cas de malnutrition détectés et d’autres comme source de revenus pour augmenter le pouvoir d’achat des membres de ces groupements.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *